Principes de la cure psychanalytique

le traitement des phobies
Thérapies psychanalytiques : renforcement de l’affirmation de soi
6 mars 2015
la psychothérapie TCC

Suivre une psychothérapie consiste à remonter le fil de sa vie, petit à petit en reprenant à chaque séance, là où l’on s’était arrêté précédemment : un souvenir, un rêve, une anecdote. Ensuite le praticien en psychothérapie associe à quoi ça nous fait penser, à quoi ça nous renvoie et quelles émotions cela suscite.

Le psychologue psychothérapeute pour soulager un mal être

Le psychothérapeute réveille la mémoire du patient et amène à la conscience les fantasmes et les scènes du passé qui ont été déterminantes pour notre destin. Mais l’analyse n’est pas seulement une remémoration. Au cours de la psychanalyse, le patient doit parler librement, dire tout ce qui lui vient à l’esprit sans rien omettre. En disant à l’analyste ce dont on souffre apporte le patient trouve déjà un apaisement mais ne doit pas se limiter à cette catharsis. Une psychothérapie TCC ou une psychanalyse peut se faire à raison de 2 ou 3 séances par semaine durant parfois plusieurs années et le patient se trouve allongé sur un divan afin de pouvoir associer plus librement.

La thérapie familiale psychanalytique pour traiter les problèmes du couple

Que ce soit en traitement de couple ou individuel, la psychothérapie TCC permet de découvrir combien nous sommes conditionnés par des choses anodines, des choses de l’enfance, des paroles qui nous ont dites et sur lesquelles on revient jusqu’à ce que la charge pathogène se réduise peu à peu. La psychologie, sa thérapie travaille sur les identifications ( à qui ? pourquoi ? comment ?) sur les satisfactions ( pourquoi tenons nous tant à ce symptôme qui nous gâche la vie ?) On découvre la répétition dans le symptôme, toujours le même échec, ratage de la vie, dans le métier, dans le couple puis l’on part à la recherche de notre désir.

Le cercle des psys pour soulager les patients

Le travail du psychothérapeute consiste seulement à aider le patient à dire qu’il vit une souffrance. L’analyste de psychologie cognitive et comportementale n’établit pas de relations de cause à effet, il ne propose pas une autre version de l’histoire du sujet, il déchiffre les symptômes qui, pris isolément semblent irrationnels et comparables à un puzzle avant d’être assemblé. Les symptômes et les rêves parlent un langage codé car au fond ils dissimulent les désirs que nous préférons garder secret et nous nous en punissons dans nos névroses et troubles psychiques de toutes sortes.